Contrairement à ce que l’on pense fréquemment, le perfectionnisme n’est pas juste « un simple trait de caractère ». C’est plus profond que ça.

J’aime bien décrire le perfectionnisme en disant que c’est un système de croyances rétro-alimenté, solidement ancré dans le corps et dans le coeur.

Il est solidement ancré dans le mental, le coeur et le corps, pour 3 raisons :

> Il est sensé nous protéger du sentiment de honte face à l’échec
> Il flatte l’égo, en mimant la personne « parfaite »
> Il nous « plaque au sol » en nous disant de ne pas trop faire de vagues et en nous disant de rester à notre place.

C’est cette troisième raison que j’aimerais explorer aujourd’hui.

Le perfectionnisme nous ordonne (=injonction) de rester tranquille, de ne pas faire trop de bruit, de ne pas être trop voyant.e. En clair, il nous demande de rester caché.e.

Petit rappel de la phrase de Brené Brown (ma préférée) : « le perfectionnisme est une armure de 20 tonnes qui sous prétexte de nous protéger, nous empêche d’être vu.e »

Or, nous désobéissons malgré nous en permanence à ces injonctions de rester à l’ombre : nous sortons, nous travaillons, nous prenons la parole, nous agissons. Et dès que nous franchissons la limite de l’injonction, nous ressentons toute une myriade de sentiments très lourds : culpabilité, anxiété ++, frustration, honte …

J’en arrive au lien avec l’énergie :

1- Le perfectionnisme nous coupe de notre énergie de vie, en nous ordonnant de rester caché.e. Nous sommes plus en mode « survie » que en mode « vie ». En nous auto-limitant dans nos projets, nos rêves, nos désirs, nous n’avons plus la possibilité d’investir de l’énergie et d’en recevoir en retour.

2- Le perfectionnisme, en entretenant toute la palette de sentiments et émotions « négatifs » va nous maintenir dans une énergie basse de déprime, voire de dépression.

3- Le perfectionnisme nous coupe des autres, puisque le regard des autres est une source blessante de jugement. Or, sans les autres, nous nous coupons de leur amour, haute source d’énergie et de joie.

Voilà pourquoi le perfectionnisme nous coupe de notre énergie :
– il bloque notre propre énergie, celle qui voudrait sortir et s’exprimer.
– il draine notre énergie vers le bas en maintenant des sentiments lourds et douloureux.
– il nous empêche de recevoir de l’énergie de l’extérieur et des autres.